Enseigner à des personnes ayant un handicap – Partie II. La surdicécité

Il existe plusieurs stratégies d’enseignement que vous pouvez adopter pour veiller à ce que l’environnement d’apprentissage soit fonctionnel et productif et l’expérience significative pour tous les étudiants, y compris ceux ayant un handicap. L’éducation accessible[i] correspond au processus de conception de cours et d’élaboration d’une méthode d’enseignement qui parvient à satisfaire les besoins des personnes qui ont une diversité d’expériences de vie, d’habiletés et de styles d’apprentissage. Tout comme il existe plusieurs façons d’enseigner, il existe plusieurs façons d’apprendre; l’utilisation de différentes méthodes pédagogiques aidera à répondre aux besoins de la plupart des apprenants.[ii]

En vertu de la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario, vous avez la responsabilité de vous renseigner sur l’accessibilité des personnes ayant un handicap en lien avec l’élaboration et l’offre de programmes et de cours accessibles.

Nous apportons ici quelques conseils pratiques pour enseigner aux étudiants atteints de surdicécité.

Qu’entend-on par surdicécité?

Une personne ayant une surdicécité connaît, à divers degré, une perte auditive et une perte de la vision. Cette condition engendre des difficultés d’accès à l’information.

Les personnes ayant une surdicécité se servent de méthodes de communication particulières. Elles peuvent être accompagnées d’un interprète tactile. Cette forme de langage gestuel utilise le toucher des mains pour communiquer. À l’aide de ses deux mains, l’interprète tactile utilise l’alphabet Braille sur les mains de son client pour lui transmettre des renseignements.

D’autres personnes utilisent l’American Sign Language (ASL) ou la langue des signes québécoise (LSQ) ou elles n’ont qu’une petite fenêtre de visualisation (pour un champ de vision limité). Certaines personnes atteintes de surdicécité peuvent voir ou entendre à un certain degré, d’autres n’ont ni l’un ni l’autre des sens. Peu importe le degré de surdicécité, ces personnes vous informeront probablement de la meilleure façon de communiquer avec elles. Si vous êtes incertains, informez-vous.

Conseils pratiques pour enseigner aux étudiants atteints de surdicécité

Suggestions pour les échanges individuels avec un étudiant atteint de surdicécité

  • La patience, le respect et le désir de trouver une façon de communiquer sont vos meilleurs outils.
  • Identifiez-vous par votre nom lorsque vous vous approchez d’une personne atteinte de surdicécité et adressez-vous à elle directement.
  • Avant de toucher votre interlocuteur, demandez-lui si vous pouvez le toucher, à moins qu’il y ait urgence d’agir.
  • Veillez à ne pas distraire les animaux d’assistance qui accompagnent les personnes ayant une déficience visuelle. Ces animaux travaillent.
  • Adressez-vous directement à la personne, non pas à son interprète.
  • Si vous ne savez pas quoi faire, demandez simplement : « Puis-je vous être utile? »

La mise en place de mesures de soutien pour un étudiant atteint de surdicécité

En tant qu’éducateur, et en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario, vous avez la responsabilité d’apporter un soutien aux étudiants ayant un handicap. Les étudiants acheminent individuellement leurs demandes pour des mesures de soutien au bureau des services aux étudiants ayant un handicap. L’étudiant qui fait une demande doit fournir des documents médicaux ou formels qui appuient sa demande.

Ce qui suit compte parmi les mesures de soutien dont peuvent avoir besoin les étudiants atteints de surdicécité. Cette liste n’est pas exhaustive et ne remplace pas les demandes officielles transmises par le bureau des services aux étudiants ayant un handicap.

Souvenez-vous que les étudiants ayant un handicap n’ont pas l’obligation de divulguer la nature de leur handicap à leurs professeurs ou à toute autre personne de leur milieu d’éducation pour bénéficier de mesures de soutien. À moins qu’un étudiant décide de vous révéler la nature de son handicap, vous recevrez seulement des renseignements sur le type de mesure de soutien auquel l’étudiant a droit. Il est important de vous familiariser avec les types de mesures de soutien ainsi qu’avec les ressources et les protocoles de votre université en matière d’accessibilité afin de vous assurer de suivre les pratiques recommandées.

Sources

[i] Le terme « éducation accessible » a été adopté afin d’exprimer la valeur de deux cadres favorisant l’accessibilité de l’éducation universitaire : la conception universelle de l’enseignement et la conception universelle de l’apprentissage. Le concept architectural de la conception universelle, c’est-à-dire la création de produits et d’environnements qui peuvent être utilisés par tous, dans la plus grande mesure possible, sans avoir à effectuer un travail d’adaptation ou à recourir à un design spécialisé a aidé à définir ces deux cadres. The Centre for Universal Design, Les principes de la conception universelle (en anglais).

La conception universelle de l’enseignement ne traite pas seulement de l’accessibilité pour les personnes ayant un handicap; elle correspond plutôt à une réelle pensée universelle – cherchant à maximiser l’apprentissage des étudiants de tous les horizons et à favoriser les préférences de l’apprenant tout en minimisant les besoins pour des mesures de soutien spécialisées. Université de Guelph, Conception universelle de l’enseignement : Guide de mise en œuvre (en anglais).

La conception universelle de l’apprentissage correspond à un ensemble de principes s’appliquant à l’élaboration du curriculum et qui reposent sur les chances égales d’apprentissage pour tous. La conception universelle de l’apprentissage propose un cadre pour créer les objectifs pédagogiques, les méthodes, le matériel et des évaluations qui satisfont tout le monde – ce n’est pas une solution unique, identique pour tout le monde, mais plutôt des approches souples qui peuvent être façonnées et ajustées pour des besoins individuels. The Center for Applied Special Technology (CAST), La conception universelle de l’apprentissage (en anglais).

[ii] Nilson, Linda B. (2010). Teaching at Its Best: A Research-Based Resource for College Instructors, 3e édition. John Wiley & Sons. (En anglais.)

Share