Enseigner à des personnes ayant un handicap – Partie III. Personne Sourde, devenue sourde ou malentendante

Il existe plusieurs stratégies d’enseignement que vous pouvez adopter pour veiller à ce que l’environnement d’apprentissage soit fonctionnel et productif et l’expérience significative pour tous les étudiants, y compris ceux ayant un handicap. L’éducation accessible[i] correspond au processus de conception de cours et d’élaboration d’une méthode d’enseignement qui parvient à satisfaire les besoins des personnes qui ont une diversité d’expériences de vie, d’habiletés et de styles d’apprentissage. Tout comme il existe plusieurs façons d’enseigner, il existe plusieurs façons d’apprendre; l’utilisation de différentes méthodes pédagogiques aidera à répondre aux besoins de la plupart des apprenants.[ii]

En vertu de la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario, vous avez la responsabilité de vous renseigner sur l’accessibilité des personnes ayant un handicap en lien avec l’élaboration et l’offre de programmes et de cours accessibles.

Nous apportons ici quelques conseils pratiques pour enseigner aux étudiants Sourds, devenus sourds ou malentendants.

Qu’entend-on par personne Sourde, devenue sourde ou malentendante?

Une perte d’audition affecte à différents niveaux le sens de l’ouïe. Une personne peut être née sourde ou être devenue sourde ou avoir une perte d’audition partielle. La Société canadienne de l’ouïe a adopté les définitions suivantes :

Le terme « personne Sourde » (« s » majuscule) se rapporte aux personnes qui s’identifient avec et participent à la culture, à la société et à la langue des personnes Sourdes et dont la langue maternelle est la langue des signes. Au Canada, les personnes Sourdes utilisent en majorité soit l’American Sign Language (ASL) soit la Langue des signes québécoise (LSQ).

Les termes « personnes devenues sourdes, personnes sourdes tardives ou oralistes » se rapportent à des personnes qui sont devenues sourdes au cours de leur vie. Elles utilisent le langage parlé et dépendent des formes visuelles de communication comme la lecture sur les lèvres, le texte écrit et parfois la langue des signes.

Le terme « personne malentendante » fait référence à une personne dont la perte auditive s’étend de légère à profonde et qui se sert de son audition résiduelle, de la parole et parfois de la langue des signes pour communiquer.

Certaines personnes qui vivent avec une perte auditive se servent d’une technologie d’assistance pour communiquer comme une prothèse auditive ou un implant cochléaire alors que d’autres lisent sur les lèvres ou ont recours à des services d’interprétation.

Conseils pratiques pour enseigner aux étudiants sourds, devenus sourds ou ayant une déficience auditive

Si un interprète accompagne l’étudiant

  • Lorsque vous communiquez avec l’étudiant, regardez-le, mais écoutez l’interprète; parlez à l’étudiant et non pas à l’interprète.
  • Remettez à l’étudiant et à son interprète un condensé du cours dès que possible pour qu’ils puissent se familiariser avec le nouveau vocabulaire s’il y a lieu.
  • Permettez à l’interprète de s’asseoir ou de se tenir debout près de vous afin que l’étudiant puisse vous voir, lire sur vos lèvres et regarder son interprète en même temps.
  • Si vous devez rencontrer l’étudiant en dehors de vos heures de bureau ou des heures de classe, le bureau des services aux étudiants ayant un handicap peut s’occuper de trouver un interprète. Il faut toutefois communiquer avec le service suffisamment d’avance.
  • Rencontrez l’étudiant et l’interprète pour discuter des mesures de soutien possibles en classe ou dans les laboratoires.
  • Prenez de courtes pauses lorsque vous parlez pour que l’interprète puisse se rattraper. Prévoyez une pause de 10 minutes pour chaque période de présentation de 50 minutes en classe; le travail d’interprétation nécessite énormément de concentration et d’endurance.
  • Gardez en tête qu’il est possible d’interpréter les paroles d’un seul orateur à la fois dans le cadre d’un projet de groupe ou d’une table ronde; il faut donc encourager les gens à prendre la parole à tour de rôle.
  • Sachez que les interprètes sont dans l’obligation, en vertu de leur code d’éthique professionnel, d’interpréter tous les messages parlés en présence de l’étudiant, y compris ce qui est dit dans le cadre de discussions informelles.
  • Lorsqu’un enregistrement vidéo ne comporte pas de sous-titres codés, assurez-vous qu’il y ait suffisamment de lumière pour que l’étudiant puisse voir l’interprète; l’interprète doit également se trouver à proximité de l’écran où est projetée la vidéo pour que l’étudiant puisse voir la vidéo et l’interprète en même temps.
  • En raison du haut niveau de concentration et des exigences physiques qu’exige le travail d’interprétation, sachez que les interprètes travaillent souvent à deux, interprétant chacun pour une durée de 20 à 30 minutes.
  • Ne soyez pas préoccupé par le fait que les étudiants de la classe puissent être distraits par les mouvements des mains de l’interprète; des études montrent que les gens s’habituent rapidement à la présence d’un interprète.
  • Si vous prévoyez annuler un cours ou le tenir ailleurs comme dans le cas d’une excursion pédagogique, veuillez en informer le bureau des services aux étudiants ayant un handicap. Les interprètes sont embauchés sur une base horaire. Le fait de connaître les changements d’avance permet de réduire les coûts et de mieux mettre à profit les capacités des interprètes.

Suggestions pour les échanges individuels avec les étudiants Sourds, devenus sourds ou malentendants

  • La patience, le respect et le désir de trouver une façon de communiquer sont vos meilleurs outils.
  • Attirez l’attention de la personne avant de parler. Cela peut se faire en touchant légèrement la personne sur l’épaule ou en faisant discrètement un signe de la main.
  • Regardez la personne et parlez-lui directement et non pas à son interprète.
  • Parlez comme vous le feriez normalement.
  • Placez-vous dans un endroit bien éclairé afin que la personne puisse bien voir votre visage.
  • Lorsque vous vous adressez à une personne Sourde, devenue sourde ou malentendante, ne mettez pas vos mains devant votre visage.
  • Soyez clair et précis lorsque vous donnez des directives, et répétez-les ou reformulez-les au besoin.
  • Assurez-vous que l’étudiant a compris ce que vous avez dit.
  • Soyez patient. Si la langue maternelle de la personne est la Langue des signes québécoise (LSQ) ou l’American Sign Language (ASL), les échanges pourraient prendre un peu plus de temps et il faudra aborder la situation différemment de ce à quoi vous vous attendiez. Souvenez-vous que la personne communique en réalité dans sa deuxième ou troisième langue.
  • Essayez de mener votre discussion dans un lieu tranquille; les bruits de fond peuvent être une source de distraction pour une personne malentendante.
  • Si vous ne savez pas quoi faire, demandez simplement : « Puis-je faire quelque chose pour vous aider? »

La mise en place de mesures de soutien pour un étudiant Sourd, devenu sourd ou malentendant

En tant qu’éducateur, et en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario, vous avez la responsabilité d’apporter un soutien aux étudiants ayant un handicap. Les étudiants acheminent individuellement leurs demandes pour des mesures de soutien au bureau des services aux étudiants ayant un handicap. L’étudiant qui fait une demande doit fournir des documents médicaux ou formels qui appuient sa demande.

Ce qui suit compte parmi les mesures de soutien dont peuvent avoir besoin les étudiants sourds, devenus sourds ou malentendants. Cette liste n’est pas exhaustive et ne remplace pas les demandes officielles transmises par le bureau des services aux étudiants ayant un handicap.

Souvenez-vous que les étudiants ayant un handicap n’ont pas l’obligation de divulguer la nature de leur handicap à leurs professeurs ou à toute autre personne de leur milieu d’éducation pour bénéficier de mesures de soutien. À moins qu’un étudiant décide de vous révéler la nature de son handicap, vous recevrez seulement des renseignements sur le type de mesure de soutien auquel l’étudiant a droit. Il est important de vous familiariser avec les types de mesures de soutien ainsi qu’avec les ressources et les protocoles de votre université en matière d’accessibilité afin de vous assurer de suivre les pratiques recommandées.

Share