Enseigner à des personnes ayant un handicap – Partie VI. Problème de santé mentale

Il existe plusieurs stratégies d’enseignement que vous pouvez adopter pour veiller à ce que l’environnement d’apprentissage soit fonctionnel et productif et l’expérience significative pour tous les étudiants, y compris ceux ayant un handicap. L’éducation accessible[i] correspond au processus de conception de cours et d’élaboration d’une méthode d’enseignement qui parvient à satisfaire les besoins des personnes qui ont une diversité d’expériences de vie, d’habiletés et de styles d’apprentissage. Tout comme il existe plusieurs façons d’enseigner, il existe plusieurs façons d’apprendre; l’utilisation de différentes méthodes pédagogiques aidera à répondre aux besoins de la plupart des apprenants.[ii]

En vertu de la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario, vous avez la responsabilité de vous renseigner sur l’accessibilité des personnes ayant un handicap en lien avec l’élaboration et l’offre de programmes et de cours accessibles.

Nous apportons ici quelques conseils pratiques pour enseigner aux étudiants ayant un problème de santé mentale.

Qu’entend-on par problème de santé mentale?

Au Canada, une personne sur cinq, soit 20 % de la population aura un trouble de santé mentale dans le courant de sa vie.[iii] Au cours des dernières années, les universités, par l’entremise des centres de counselling et des services de santé, ont constaté, sur les campus, une augmentation du nombre et du niveau de complexité des cas de maladies mentales.

Les troubles de santé mentale passent souvent inaperçus aux yeux des autres. De manière générale, il est impossible de savoir si une personne a un problème de santé mentale à moins qu’elle choisisse de vous en faire part. En vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario, les étudiants ayant un handicap n’ont pas l’obligation de divulguer la nature de leur handicap à leurs professeurs ou à toute autre personne de leur milieu d’éducation. Il peut toutefois s’avérer difficile pour un étudiant ayant un problème de santé mentale de parler de son handicap pour différentes raisons dont la crainte d’être stéréotypé et d’être empreint du stigmate de différence et la perception erronée d’être incompétent. En raison de la nature épisodique des problèmes de santé mentale, les étudiants qui ont de tels troubles peuvent vivre des périodes où la maladie les affecte grandement et d’autres moments qui se caractérisent par une stabilité et du succès.

Le fait de savoir qu’une personne a un problème de santé mentale ne devrait pas affecter la façon dont vous interagissez avec elle. Cependant, si une personne a de la difficulté à combattre ses symptômes ou à contrôler son comportement, ou est dans un état de crise, vous devrez peut-être lui porter assistance. Dans de telles situations, il est préférable de demeurer calme et professionnel et de laisser la personne vous dire comment vous pouvez l’aider.

Les stratégies d’instruction qui suivent contribueront à créer un environnement qui est inclusif aux étudiants qui ont un problème de santé mentale.

Conseils pratiques pour enseigner aux étudiants ayant un problème de santé mentale

Suggestions pour les échanges individuels avec un étudiant ayant un problème de santé mentale

  • Traitez une personne qui a un problème de santé mentale avec le même respect et les mêmes égards que vous traitez toute autre personne.
  • En privé, discutez avec l’étudiant de ce que vous jugez être un comportement inapproprié en classe. Définissez les grandes lignes de ce qu’est un comportement acceptable. Au cours de votre discussion avec l’étudiant, ne tentez pas de diagnostiquer ou de traiter son trouble psychologique. Concentrez-vous plutôt sur le comportement de l’étudiant en classe.
  • Montrez-vous confiant et rassurant. Écoutez attentivement l’étudiant et collaborez avec lui afin de répondre à ses besoins.
  • Si un étudiant vous demande une aide thérapeutique, dirigez-le vers les ressources d’aide qui se trouvent sur votre campus, qu’il s’agisse des services de santé, de counselling ou d’un autre bureau. Vous pouvez également demander conseil auprès de vos collègues ou de vos superviseurs.
  • Si un étudiant semble être dans un état de crise, demandez-lui de vous dire comment vous pouvez l’aider. Vous pouvez le diriger vers le service de counselling ou de santé de votre campus, lui offrir d’appeler l’un ou l’autre de ces services ou de l’y accompagner.
  • Si un étudiant s’insurge contre vos efforts à vouloir l’aider ou si vous n’êtes pas confortables avec la situation, cherchez quelles seraient les ressources qui seraient en mesure de combler les besoins de l’étudiant sur votre campus; il pourrait s’agir du service de santé, de counselling ou d’un autre service. Vous pouvez également demander à vos collègues ou à vos superviseurs de vous donner des conseils ou des idées.
  • Informez-vous des ressources disponibles sur le campus et dans la communauté qui répondent aux besoins des personnes qui ont un problème de santé mentale.
  • Si la situation d’un étudiant vous préoccupe et que vous ne savez pas si vous devriez intervenir ou non, cherchez des sources de soutien appropriées sur votre campus.

 

NOTE : En cas de situation de crise, demandez immédiatement une aide d’urgence.

La mise en place de mesures de soutien pour un étudiant ayant un problème de santé mentale

En tant qu’éducateur, et en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario, vous avez la responsabilité d’apporter un soutien aux étudiants ayant un handicap. Les étudiants acheminent individuellement leurs demandes pour des mesures de soutien au bureau des services aux étudiants ayant un handicap. L’étudiant qui fait une demande doit fournir des documents médicaux ou formels qui appuient sa demande.

Ce qui suit compte parmi les mesures de soutien dont peuvent avoir besoin les étudiants qui ont un problème de santé mentale. Cette liste n’est pas exhaustive et ne remplace pas les demandes officielles transmises par le bureau des services aux étudiants ayant un handicap.

Souvenez-vous que les étudiants ayant un handicap n’ont pas l’obligation de divulguer la nature de leur handicap à leurs professeurs ou à toute autre personne de leur milieu d’éducation pour bénéficier de mesures de soutien. À moins qu’un étudiant décide de vous révéler la nature de son handicap, vous recevrez seulement des renseignements sur le type de mesure de soutien auquel l’étudiant a droit. Il est important de vous familiariser avec les types de mesures de soutien ainsi qu’avec les ressources et les protocoles de votre université en matière d’accessibilité afin de vous assurer de suivre les pratiques recommandées.

Sources

[i] Le terme « éducation accessible » a été adopté afin d’exprimer la valeur de deux cadres favorisant l’accessibilité de l’éducation universitaire : la conception universelle de l’enseignement et la conception universelle de l’apprentissage. Le concept architectural de la conception universelle, c’est-à-dire la création de produits et d’environnements qui peuvent être utilisés par tous, dans la plus grande mesure possible, sans avoir à effectuer un travail d’adaptation ou à recourir à un design spécialisé a aidé à définir ces deux cadres. The Centre for Universal Design, Les principes de la conception universelle. (En anglais)

La conception universelle de l’enseignement ne traite pas seulement de l’accessibilité pour les personnes ayant un handicap; elle correspond plutôt à une réelle pensée universelle – cherchant à maximiser l’apprentissage des étudiants de tous les horizons et à favoriser les préférences de l’apprenant tout en minimisant les besoins pour des mesures de soutien spécialisées. Université de Guelph, Conception universelle de l’enseignement : Guide de mise en œuvre. (En anglais)

La conception universelle de l’apprentissage correspond à un ensemble de principes s’appliquant à l’élaboration du curriculum et qui reposent sur les chances égales d’apprentissage pour tous. La conception universelle de l’apprentissage propose un cadre pour créer les objectifs pédagogiques, les méthodes, le matériel et des évaluations qui satisfont tout le monde – ce n’est pas une solution unique, identique pour tout le monde, mais plutôt des approches souples qui peuvent être façonnées et ajustées pour des besoins individuels. The Center for Applied Special Technology (CAST), La conception universelle de l’apprentissage. (En anglais)

[ii] Nilson, Linda B. (2010). Teaching at Its Best: A Research-Based Resource for College Instructors, 3e édition. John Wiley & Sons. (En anglais)

[iii] Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Mental Health and Addiction Statistics, citant Santé Canada, Un Rapport sur la santé mentale au Canada, 2002. (En anglais)

Share